Publié par

Domotique et objets connectés

IOT, domotique, smarthome, Internet of thinks, objects connectés, maisons intelligentes

Aujourd’hui, on entend parler partout de maisons connectées, domotique, Smart Home, Iot, Internet of Things, objets connectés, maisons intelligentes…. Mais tous ces termes sont-ils utilisés à bon escient et définissent-ils la même chose ? 

Souvent utilisés à tort pour identifier un domaine en général, il est important de noter qu’une différence, subtile existe entre tous ces termes. Subtile, certes, mais dont les répercussions sont fondamentales pour identifier mon besoin lorsque je décide de « domotiser » ou « rendre intelligente » ma maison. 

Nous parlerons donc de domotique dans le premier cas et d’objets connectés dans le second

La domotique est un terme apparu au milieu des années 80. Il définit l’ensemble des composants électroniques qui permettent d’automatiser des tâches dans un bâtiment. Comme, centraliser la commande des volets roulants, par exemple. À l’origine, une installation domotique était lourde en termes de câblage, de coût matériel, de mise en œuvre (câblage dit en étoile, assez spécifique) et de mise en service dépendante de logiciels techniques et peu ergonomiques. 

Depuis, quelques années, émerge la notion « d’objets connectés » ou « Internet des objets » que nous associons, à juste titre, à la domotique. Cette notion caractérise l’ajout d’une connectivité internet aux différents objets de notre quotidien afin d’y ajouter des usages et des services supplémentaires sans intervenir sur le réseau électrique. Comme par exemple, des ampoules, des thermostats, des frigos, des robots ménagers, des vêtements, des montres, etc. 

Pour bien comprendre, développons les deux approches domotique et objets connectés

Fixe versus mobile

Les installations domotiques sont lourdes en terme de câblage. Elles sont donc associées au bâti, à la maison. Il semble difficilement imaginable au moment de la vente de votre logement de démonter votre système domotique et de partir avec ! Vous laisseriez derrière vous un amas de câbles inertes et une maison sans lumière, sans volets roulants ni chauffage, dans l’objectif de l’installer dans votre futur logement où il faudra refaire l’électricité car le câblage ne sera probablement pas adapté.

Les objets connectés, comme par exemple les ampoules Philips hue, sont des objets facilement déplaçables : d’une douille à une autre pour aller d’une pièce à une autre ou d’une habitation à une autre. Tout comme une station météo ou un robot ménager. Ils sont le plus souvent pensées pour être mobile et vous suivre dans vos différents lieux de résidence. Certains vous suivent même toute la journée comme les montres connectées, pour suivre vos performances sportives ou un vêtement connecté pour surveiller certains signes vitaux, par exemple.

Étendue versus ciblée

L’essence même de la domotique et de proposer à l’utilisateur une interface unique pour piloter et automatiser des tâches répétitives ou complexes. La domotique a un rôle de concentrateur. Elle permet de faire communiquer les différentes fonctionnalités de la maison pour offrir un service global.

Je pars de chez moi, je mets en route l’alarme, cela ferme les volets roulants, éteint les lumières, baisse le chauffage automatiquement. Les différents organes de la maison communiquent entre eux pour apporter des fonctionnalités étendues.

À l’origine la plupart des objets connectés été vendus pour des fonctionnalités ciblées. Ce sont des objets du quotidien sur lesquels a été ajouté une connectivité Internet. Un thermostat a pour but de gérer le chauffage mais pas de faire le café !

Cher versus abordable

Du fait de son infrastructure, la domotique était fatalement coûteuse pour les raisons évoquées précédemment. A l’inverse l’IoT souvent mobile, configurable par l’utilisateur final sur des fonctionnalités ciblées et ce grâce à la simplification des protocoles (bluethooth, wi-fi) est accessible au plus grand nombre aussi bien en terme de prix que d’utilisation. 

Cloud versus Edge Computing 

La notion de cloud est récente et liée à l’IoT. Le tarif des produits ne permet pas d’embarquer des capacités de stockage et de traitement nécessaires pour gérer les données récoltées. Par ailleurs, de nombreux objets connectés ont pour modèle économiques, de récolter des données utilisateurs et de les exploiter dans un but de profitabilité. Je ne vais surprendre personne en citant les enceintes connectées pour exemple. La plupart des données sont envoyées sur le nuage et l’utilisateur communique avec le cloud pour interagir avec son logement. La notion de cloud 2 cloud est ainsi apparue pour faire communiquer des objets connectés entre eux et apporter des services complémentaires. 

La domotique, plus ancienne, fonctionne avec un hébergement et un traitement des données en local que l’on appelle aujourd’hui le Edge Computing. Les deux systèmes ont de grosses failles de sécurité. Les objets connectés sont notoirement connus pour être des gruyères en termes de sécurité et exposent souvent vos données sur Internet. Cela peut être très gênant quand on parle de serrure connectée.

Quant à la sécurité du système domotique, elle est souvent liée aux compétences de l’installateur sur les réseaux informatiques sécurisés et le temps, l’argent que le client final est prêt à y mettre. Il est donc justifié de se poser des questions quand un électricien installe un système domotique. La sécurité réseau est un métier à part entière, a priori, inconnu d’un artisan électricien et peut-être volontairement éludée par les fabricants lorsqu’ils forment leurs installateurs. 

C’est pour cela, qu’après 17 ans d’installation de systèmes domotiques et conscients de toutes ces problématiques, nous avons développé la solution DOOZ, un condensé des deux approches pour plus de sécurité, de confort et de liberté. 

Alors voyons comment ! 

Avec du fixe plus mobile

Le temps de pause et de mise en service étant extrêmement courts (environ une demi-journée pour une maison de 150 mètres carrés), le système est donc résilient : vous pouvez enlever les produits en quelques minutes, remettre l’interrupteur et partir avec la solution DOOZ dans votre nouveau logement. L’appareillage électrique est inchangé.

Vous pouvez réinstaller le système tout aussi facilement.

Si vous souhaitez vendre le système avec le logement actuel pour y apporter une plus-value à la vente, tout est prévu grâce à notre fonctionnalité de transfert de propriété ! Au moment de la vente, vous indiquez, simplement, les coordonnées du nouvel acquéreur, une fois que celui-ci ouvre l’application mobile avec ses identifiants, l’ancien propriétaire ainsi que tous les profils créer sont automatiquement déconnectés et supprimés. L’acquéreur est, à présent, le seul nouveau propriétaire.

Avec plus d’étendue

Le système propose tous les atouts d’une gestion étendue des fonctionnalités domotique avec tous les avantages liés à la simplicité d’utilisation des objets connectés. Pour 1000 à 1500 € H.T. et « clé en main » (pour un standard T2 à T4 dans le neuf) vous avez un système domotique présentant tous les bénéfices des deux approches.  

Avec du Edge Computing

La sécurité de vos données et de vos biens est notre priorité. Les rares informations qui sortent du système, et en particulier, la sauvegarde de la configuration, si vous changez de téléphone sont cryptées de bout en bout et non exploitables. La sécurité mise en place est de niveau bancaire. En local, vous utilisez une connexion Bluetooth 5 Mesh avec trois clés d’encryptions, le plus haut niveau de sécurité connu dans le domaine du Smart home. 

À distance, vous passez à travers notre passerelle OOPLA directement de manière cryptée avec une clé unique sans risque d’exposer vos données sur Internet. 

DOOZ est un système domotique fiable, sécurisé et robuste qui vous permet d’avoir tout le confort de la domotique au coût le plus juste.

Publié par

Une maison connectée ? Oui, non, peut-être ….

Pourquoi domotiser ma maison

Une maison connectée ? Oui, non, peut-être ….

Au fil des années la domotique s’est installée dans nos maisons, rendre notre habitat connecté ou intelligent est devenue une réalité.  Un des buts premiers des systèmes domotiques, si ce n’est pour quoi ils ont été créés, c’est sans aucun doute de gagner en confort à la maison.

Une lumière qui s’allume toute seule quand on entre dans une pièce, une alarme qui s’active dès notre départ de la maison, des volets motorisés qui s’ouvrent et se ferment automatiquement ou des appareils électriques qui se coupent en notre absence pour réaliser quelques économies d’énergies. Un système de chauffage qui régule la température au grès de nos besoins… Une maison connectée c’est un confort personnalisé pour chaque pièce de notre maison, ça fait rêver, non ?

Aujourd’hui vous hésitez, demain vous ne pourrez plus vous en passer !

La Domotique améliore notre confort 

La domotique améliore véritablement notre confort au quotidien grâce à la centralisation des accès et la commande des équipements domestiques. Une vraie assistance journalière, elle nous permet de gagner du temps et de programmer des tâches répétitives de la vie courante qui nous encombrent.

Après le confort la sécurité

Une des principales applications de la domotique concerne la sécurité de notre domicile ; on pense bien évidement aux alarmes anti-cambriolage, mais il existe une multitude de systèmes de sécurité techniques, comme les détecteurs de fumée ou encore des détecteurs d’inondation, des médaillons ou des télécommandes.

Doté d’un système multi-capteurs couplé à une intelligence artificielle, l’habitat devient intelligent ! La domotique est alors un investissement pour le mieux vivre et mieux vieillir. En effet, intelligent, le système nous permet de sécuriser également nos proches des accidents domestiques, les plus fréquents et dommageables tels que les intoxications au monoxyde de carbonne ou encore les malaises, les chutes etc. Le système peut analyser la situation et proposer des solutions adéquates à la situation en local ou à distance, par exemple. Ces technologies pourraient progressivement faire passer les professionnels des services à la personne d’une logique d’assistance au quotidien à une logique plus sociale. 

La domotique c’est aussi accessibilité et communication, même loin de chez nous !

Comme vous l’aurez deviné la sécurité passe aussi par la possibilité d’être alerté, même loin de chez nous. Le Smart Home s’appuie sur des notifications et nous permet au grès de nos scénarii et de nos actions quotidiennes (j’allume la lumière, je ferme la porte en sortant, je branche l’alarme, …) de recevoir une notification afin de connaître l’état précis du système : alarme déclenchée, inondation détectée, coupure de courant, lumière restée allumée, les possibilités sont presque infinies et vous permettent de réagir rapidement, même loin de chez vous !  Les notifications sont très utiles et configurables, ainsi nous ne sommes pas pollués par des notifications inutiles. Il devient alors très facile de communiquer avec son logement.

Malgré, la complexité des codes internes, les systèmes se simplifient au maximum pour les utilisateurs. Ce qui nous permet de mettre en place des scénarii, très complexes en utilisant simplement des listes déroulantes et des fonctions logiques du bout des doigts !

Longtemps mal perçue, car trop cher, trop complexe à programmer et à destination des geeks, la domotique se démocratise et devient très simple à configurer et encore plus, à utiliser. Plus besoin d’avoir de connaissances techniques et de développement.  Tout est automatisable et monitorer : éclairage, chauffage, confort, sécurité, énergies, garage, frigidaire… Tout est possible et encore cet article ne présente qu’une infime partie du potentiel disponible, la seule limite pourrait être notre imagination.

Alors FONCEZ !

Publié par

La domotique c’est quoi ?

La domotique c’est quoi ?

Aujourd’hui, on peut quasiment tout faire dans une maison, même si bien souvent nous ne connaissons de la domotique que le portail ou les volets automatisés ainsi que la gestion du chauffage.  Mais cela ne date pas d’hier, l’ingénieur Pierre Sarda nous faisait déjà rêver avec sa « maison de l’an 2000 » équipée, en 1979, de bon nombre d’automatismes et de périphériques.

La domotique est donc l’ensemble des techniques de l’électronique, de l’informatique et des télécommunications utilisées dans la maison, qui à l’origine avaient pour but de l’automatiser. Aujourd’hui, les objets connectés à Internet rendent la maison véritablement intelligente : elle est capable de réagir à différents évènements.

Simplement, c’est quoi la domotique ?

De façon plus simple : il s’agit à la fois d’un ensemble d’informations concernant votre habitation (mesures de températures, d’humidité, du chauffage, …) et d’un ensemble d’actions pouvant être effectuées dans celle-ci (allumer les lumières, ouvrir et fermer les volets, ouvrir le garage…). Le tout centralisé sur un système informatique et le plus souvent pilotable sur votre smartphone ou tablette.

Le but de la domotique, vous l’aurez compris, est de rendre notre maison automatique !  C’est-à-dire de pouvoir automatiser, piloter et contrôler un maximum de tâches ennuyeuses et répétitives auxquelles il faut penser chaque jour (mettre la machine à café en route, monter la température dans la salle de bain au réveil, vérifier que toutes les lumières sont éteintes avant de quitter la maison, que tous les volets sont fermés lorsque je pars en vacances, arroser le jardin à la tombée de la nuit etc.)

La maison domotique, aujourd’hui devient donc la maison intelligente !  En effet, elle est auto-apprenante et anticipe nos besoins, elle tend vers des services de plus en plus précis et pertinents.  Grâce à différents capteurs (luminosité, mouvement, température, etc.), elle analyse l’ensemble des données reçues et identifie si besoin les anomalies éventuelles, vous informe et peut même agir à votre place en cas d’urgence !

Et comment ça marche ?

Les systèmes domotique sont conçus pour remplacer une part ou la totalité des actions quotidiennes que nous effectuons dans notre habitation : ouverture et fermeture de portes, gestion de l’éclairage et de la consommation de chauffage, … Cette gestion se fait avec ou sans télécommande.

Ensuite, ce sont les capteurs domotique qui détectent les mouvements, la lumière, la fumée et bien d’autres choses. Ils sont les yeux et les oreilles de notre maison. Ils captent des signaux et les transmettent aux micromodules DOOZ (actionneurs), installés dans nos boitiers électriques par exemple. Ceux-ci envoient ensuite les ordres aux différents acteurs en fonction de notre programmation. Les actionneurs (micromodules DOOZ) peuvent traiter les informations des capteurs en direct pour des tâches simples et les transmettent également à un organe central, la passerelle, qui agrège toutes ces informations pour élaborer des actions plus complexes multi-facteurs.

Avec quel réseau ?

Pour transformer un logement en maison connectée ou intelligente, il est nécessaire d’installer un réseau pour que les modules domotiques puissent communiquer entre eux.

Il existe plusieurs types de réseau domotique :

Filaires : chaque élément de la domotique est relié avec l’ensemble à travers un BUS de communication. Le protocole le plus connu en Europe est KNX. D’autres technologies ont été testées pour réutiliser le câblage existant de la maison, comme le CPL (Courant Porteur en Ligne).

Sans-fil : plus souple dans la mise en œuvre, le réseau s’appuie sur l’échange d’informations par ondes radio tel que le Bluetooth Mesh , Zigbee ou Wifi, par exemple.

Avec quelle interface ? 

L’interface domotique permet de paramétrer et de piloter, en temps réel, les équipements électriques de la maison. En fonction de nos habitudes et de notre rythme de vie, nous pouvons choisir une interface de gestion différente.  Les interfaces de pilotage sont multiples et complémentaires :

  • Un interrupteur vous permet un accès direct aux fonctions d’une pièce.
  • Un écran mural tactile, point central de la maison où l’on retrouve l’ensemble des fonctions pilotées.
  • Une tablette, souvent considérée comme la version mobile de l’écran tactile mural. Elle permet en général les mêmes fonctionnalités.
  • Un smartphone, avec notre application Dooz, par exemple,  toujours dans la poche, toujours accessible.
  • Un ordinateur, de moins en moins utilisé mais il peut servir de système de supervision (vue d’ensemble du système).
  • La voix, avec les assistants vocaux qui sont en fort développement ces dernières année. Ce sont des enceintes qui intègrent l’intelligence artificielle comme Siri, Alexa ou Google assistant. On leur demande quelque chose, elles répondent ou pilotent les appareils électriques de la maison. Ces assistants se fiabilisent et rentrent doucement dans les habitudes.